Monday, October 2, 2017

Analyse fusillade de Las Vegas / Mandalay Bay

1) il semblerait que le nombre de victimes sera bien plus élevé que 50 selon les dernières indiscrétions.
2) Le tueur, Stephen Paddock, a choisi méticuleusement sa position de tir au 32ème étage du Mandala Bay Hôtel de Las Vegas. Ce qui a dû demander de la préparation et des repérages.
3) Le tueur s'est
placé en hauteur afin de ne pas être pris directement par la police et donc pouvoir tirer autant qu'il le voulait.
4) Lorsque la police a fait irruption dans la chambre du tueur afin de le neutraliser (tuer), elle a découvert un arsenal d'armes. 
5) Il y a de très fortes probabilités pour que le tueur ait agi comme un "loup solitaire" sans aucun lien à un groupement terroriste.
6) le Tueur n'était pas connu des autorités fédérales. Il était, par contre, connu des autorités locales mais pour des faits mineurs et sans connexion avec le terrorisme.
7) Les lois sur le contrôle des armes à feu au Nevada (Etat où a eu lieu la fusillade) ou dans le reste des Etats-Unis, ne peuvent rien faire contre une personne qui achète une arme de guerre au marché noir pour faire un massacre.
8) Les auteurs de tels actes savent qu'ils ont peu de chances de survivre à leur acte. En d'autres termes, ils sont arrivés au bout de leur processus de frustration/haine/militantisme. 
9) L'Etat du Nevada a fait voter (suite à un referendum), une loi plus contraignante sur le contrôle des armes à feu. Une loi quasi aussi dure que celle appliquée en Californie notamment.
10) Les fusillades aux USA devraient, à chaque fois, relancer le débat public et surtout politique mais tout s'éteint rapidement. De quoi blesser encore plus les familles des victimes de tels agissements. 
11) Chez beaucoup de personnes radicalisées (et je ne parle pas de terrorisme ou d'islamisme ici), de tels actes (Las Vegas), risquent de créer une sorte d'émulation chez d'autres. Les autorités américaines devront être attentives à ce point qui s'est confirmé par le passé suite à d'autres tueries.

Roberto De Primis


No comments:

Post a Comment